Somalie 1992 - 1993

somalie.jpgDébut septembre 1992, 500 militaires pakistanais des Nations Unies débarquent en Somalie (UNOSOM I) afin d’y préparer des actions de grande envergure.
L’opération des Nations Unies ‘Restore Hope’ débute le 9 décembre. Son but est de délivrer la Somalie d’un pouvoir anarchique, de la famine et d’une vision sans issue à long terme. Les unités des Nations Unies occupent le port et l’aéroport de Mogadisho. Cette opération est menée avec le soutien de troupes venant de 20 pays différents et sous le commandement des Nations Unies.
11 décembre 1992 : les Belges arrivent en Somalie. L’effectif est constitué de 600 militaires issus des unités de para-commandos, complétés par des effectifs d’autres unités. Leur base se trouve à Kismayo, une ville portuaire dans le sud-est de la Somalie. Essayant de séparer les différents belligérants, ils tentent, tant bien que mal de veiller au bon acheminement des colis à la population.
Début janvier 1993, les Nations Unies engagent près de 30.000 hommes sur le sol Somalien dans le cadre de l’opération ‘Restore Hope’ :  20.000 Américains, 2500 Français, 2.000 Italiens et 600 Belges. Ils sont épaulés par de larges contingents marocains, canadiens et égyptiens. La majorité des troupes belges regagnent le pays fin 1993.

L’armistice est signé le 24 mars 1994. Il faudra attendre jusqu’au 2 mars 1995 avant que les  effectifs des troupes de l’ONU aient complètement quitté le pays. En ces trois années d’opérations, 130 militaires des forces de l’ONU trouvent la mort, dont 6 Belges.

Malgré l’envergure de cette opération et la participation étendue à de nombreux pays,  ‘Restore Hope’, ne parviendra pas à retablir la paix escomptée en Somalie. Les ‘Seigneurs de la Guerre’ et les disputes permanentes au sein des différents groupes ethniques ont eu le dessus sur les aspirations de paix.